Faire une vidéo avec une dérive surf à l'envers, Bravo Surfer Mag

Faire une vidéo avec une dérive surf à l'envers, Bravo Surfer Mag

Posted by      09/07/2018 19:05:13    0 Comments

Qu'est ce qu'un kook ? C'est un fou, un cinglé ou surtout dans l'univers de la glisse, un débutant qui commet une grossière erreur (dérives surf à l'envers, leash attaché autour du cou, combinaison surf enfilée à l'envers, grosses chutes...). Surfing Mag est sûrement un des magazines les plus prestigieux dans le monde de la glisse. Malheureusement pour eux, ils ont commis une erreur flagrante dans une de leurs dernières vidéos. Je vais être honnête avec vous, on n'avait pas remarqué l'erreur, c'est un mail de dénonciation nous demandant notre avis, qui nous a mis sur la piste de cette « kookerie ».

Shed Session, coupable de cet affront

Surfer Mag développe une série de vidéos où ils font surfer des professionnels avec une planche issue de la collection d'Eric Huffman alias Bird's. C'est une collection composée de plus de 1200 planches surf d'époques différentes, et plus ou moins originales. On peut trouver ce haut lieu de l'histoire du surf dans la ville de San Diego. Le nom de cette web série est shred sessions, et Surfer Mag entame sa deuxième saison avec ce concept.

Dans l'épisode qui nous intéresse, Ian Crane, Nate Yeomans, et Jett Schilling vont devoir s'essayer sur trois planches de surf très différentes : un single très épais équipé d'une dérive Starfin, la board d'un futur kid prometteur Kolohe Andino et un twin fins plus ou moins classique.

https://youtu.be/KyKz2WxlHm8

L'histoire de la dérive surf Starfin

Nous allons nous attarder sur le single avec la dérive Starfin, un modèle qui a les côtes de Cheyne Horan, une légende originale de l'histoire du surf. Effectivement, lors du premier visionnage, on n'a pas fait attention, mais la dérive single Starfin est montée à l'envers sur la planche. Vous allez me dire que c'est un peu gros, mais après des recherches approfondies, il n'y a pas l'ombre d'un doute. Les gars ont monté la dérive surf à l'envers. Premier indice, la visse de l'aileron pointe vers l'avant alors qu'il devrait pointer vers l'arrière de la planche. Deuxième indice, les photos d'époque de Cheyne Horan nous confirment que cet aileron au design très original, a été monté à l'envers sur la planche de surf (regardez la photo avec la planche de surf bleue). Comme dit le surfer Ian Crane, elle a tendance à décrocher quand on pousse un peu. Tu m'étonnes...

Bon, on se moque mais le concept est sympa, et j'aimerai voir la même expérience avec des surfeurs français et des planches de shaper français, histoire de comprendre toute la discussion. Cela pourrait être très rigolo et un bon moyen de mieux connaître l'univers des planches de surf.

On profite également de cette anecdote pour vous donner de plus amples informations sur la dérive surf Starfin. En 1983, Cheyne Horan a sollicité Ben Lexcen, qui est un concepteur de génie, architecte et l'inventeur du révolutionnaire Keel une quille ailée pour les bateaux, utilisée avec tant de succès dans la campagne australienne de 1983 de l'America's Cup. Lexcen a fabriqué pour Cheyne Horan un aileron ailé en forme d'aile de Spitfire (un avion de chasse britannique utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale) qui suivait les mêmes principes que la quille ailée keel.

Cheyne Horan avait été un ardent défenseur des'Lazor Zaps' de Geoff McCoy, des planches avec un large tail ou arrière de la planche et un nose ou avant de la planche pointue. Il surfait ces planches avec une dérive single extrêment fine. Pourtant à l'époque, les surfeurs professionnels surfaient des twin-fins et, de plus en plus, des thrusters. Cheyne Horan a persisté avec les dérives single, ajoutant la dérive Starfin au shape de Geoff McCoy. Il a eu un succès immédiat, remportant ainsi le Rip Curl Pro 1984 à Bells en battant Tommy Carroll.

Dans les années suivantes, la carrière professionnelle de Cheyne Horan faiblit car ses influences en dehors du surf (mode de vie, régime...) ont pris une part plus importante  dans sa vie, bien qu'il ait toujours persisté avec le design des dérives surf Starfin. Beaucoup de commentateurs de l'époque pensaient que Cheyne Horan minait son potentiel compétitif en utilisant son équipement non conventionnel.

En 1986, Cheyne Horan sortit du Top 16 pour la première fois depuis 1978. En 1989, il a remporté le Billabong Pro hawaïen et s'est classé parmi les 16 premiers pour la dernière fois. Il l'a fait sur une planche conventionnelle, un thruster monté en tri fins.

De nos jours, Cheyne Horan surfe toujours sur ses ailerons Starfin bien-aimés et les monte sur la plupart de ses planches de surf. Il avouera plus tard qu'il s'était compliqué la tâche en faisant toutes ses expérimentations, et qu'il aurait mieux fait de surfer les mêmes planches que les autres compétiteurs, et gardait ses expériences pour le free surf.

Laissez un message

* Name:
* E-mail: (Not Published)
   Website: (Site url withhttp://)
* Commentaire :
Type Code